La mission personnelle : quelques précisions

Cet article se propose de mettre l’accent sur quelques particularités de la mission (permanence, unicité, amour de soi…) afin de contrer certains obstacles à la réalisation de celle-ci.

Cet article est basé sur l’ouvrage À chacun sa mission (p. 53-75) que nous vous conseillons grandement.

Est-ce que ma mission est mon travail, ma fonction ou ma carrière?

Une des caractéristiques fondamentales de la mission est son caractère permanent (englobant).

Il est important de noter qu’un travail, une fonction ou même une carrière n’ont pas toujours les caractéristiques de la mission, ceux-ci pouvant être sujets au changement.

Tant mieux si une personne a trouvé sa mission dans l’accomplissement d’un travail. Cependant, on peut perdre un travail ou encore l’abandonner pour un autre sans pour autant que sa mission personnelle ne soit modifiée.

Pour utiliser une image,

« Si l’on comparait la réalisation de la mission à l’exécution d’une pièce musicale, la mission s’identifierait à la mélodie, tandis que le travail, la fonction ou la carrière seraient assimilés aux instruments. Malgré la diversité des instruments utilisés, la mélodie serait toujours la même. »
(p. 61)

Ma mission n’est pas celle d’un autre

Si l’on peut se sentir inspiré à imiter le courage, le charisme ou la détermination de telle ou telle personne, il est important de se rappeler que notre mission est unique.

Nous ne sommes pas appelés à être la « copie conforme » de qui que ce soit.

Il revient à chaque personne de découvrir son propre charisme :

« Il est préférable de connaître la mission de sa vie même imparfaitement que de tenter d’assumer la mission de vie d’une autre personne, quel que soit le succès qu’on y trouve. » (Bhagavad Gita, texte de la philosophie hindoue)

« Si vous n’avez pas votre propre mission, c’est que vous vivez celle des autres. » (Laurie Beth Jones)

« Prenez garde d’endosser une mission qui convient aux besoins de quelqu’un d’autre, mais qui ne se rapporte aucunement à vos propres intérêts ou à vos aptitudes » (Laurie Beth Jones)

La mission est beaucoup plus que la notoriété

Bien qu’une reconnaissance sociale de sa mission puisse être utile, la popularité et les honneurs sont cependant des éléments accidentels par rapport à la mission personnelle.

L’important, ce sont les critères d’authenticité intérieurs : l’enthousiasme, la créativité et la satisfaction d’apporter une contribution unique au monde.

Je ne suis pas le jouet du hasard ou d’un destin aveugle

L’être humain n’est pas un pantin du destin ou de la fatalité pas plus pas plus qu’il ne se réalise, à l’instar d’un animal, en vertu d’un instinct programmé.

Au contraire, chaque être humain porte en lui la capacité de choisir librement la voie qui s’accorde avec ses aspirations les plus profondes.

La découverte et l’accomplissement de sa mission sont source de bonheur

Même s’il peut s’avérer, surtout au début, que la poursuite de sa mission puisse être source d’anxiété : peur de l’inconnu, crainte de se tromper, peur de l’échec, peur du rejet et même peur du succès… l’expérience montre que les peurs s’estompent graduellement pour faire place à la satisfaction et à un sentiment d’harmonie intérieure.

Toutefois… il est important de mentionner que si les craintes, l’ennui et la souffrance persistaient suite à un choix de vie, ce serait le signe que l’on a fait fausse route. Et soulignons-le, il n’y a rien de mal à cela, comme le dit Antonio Machado : « Le chemin se fait en marchant ».

Bref, si suite à une tentative légitime, on ne ressentait pas une joie profonde, et ce, une fois les peurs du début passé, ce serait signe qu’il faudrait orienter sa vie autrement.

« Dans la vie, il n’y a pas d’erreurs, il n’y a que des leçons. »

Mission, amour de soi et fécondité

Le désir de se réaliser dans une mission va de pair avec l’amour de soi. Et comme disait Saint Thomas d’Aquin : « L’amour de soi est le modèle de l’amour des autres et a le pas sur ce dernier ».

De fait, l’expérience nous révèle que l’amour des autres est conditionné par l’amour de soi.

Le précepte évangélique ne nous invite-t-il pas à « aimer son prochain comme soi-même » ?

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, réaliser sa mission par amour et fidélité à soi, c’est également faire don de soi aux autres.

En effet, la réalisation de notre mission nous rend féconds… pour notre bien comme pour celui de l’humanité.

Ma mission, une histoire de talent… mais surtout de cœur

Il ne suffit pas d’avoir un talent en particulier,  si grand soit-il, pour en conclure que ce talent s’identifie avec notre mission. Voici quelques exemples :

Pour trouver sa mission, il importe d’écouter l’élan de son cœur et donc découvrir ce qui nous enthousiasme.

Maurice Zundel aimait à dire : « Ayez le courage de faire ce que vous aimez le mieux ».

La mission? Une histoire de talents et d’aptitudes… mais surtout de cœur.

RelatedPost